(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Instruction pour le service des phares lenticulaires"

: 6t>5' 



C■^^\l- 



— ^. 



Qi^r) 



/ 



INSTRUCTION 



POUR LE SERVICE 



DES PHARES LENTICULAIRES, 



ttÇo^r.^li 



BE^'pc 



DIRECTION GÉNÉRALE 
DES PONTS ET CHAUSSÉES ET DES MINES. 



INSTRUCTION 



POUR LE SERVICE 



DES PHARES LENTICULAIRES, 





PARIS. 

IMPRIMERIE ROYALE. 



M DCCC XXSV. 



© École Nationale des Ponts et Chaussées 



k^ 



DIRECTION GÉNÉRALE 
DES PONTS ET CHAUSSÉES ET DES MINES. 



INSTRUCTION 



POUR LE SERVICE 



DES PHARES LENTICULAIRES. 



PREMIÈRE SECTION. 

DISPOSITION DES APPAREILS d'ÉCLAIRAGE ET SERVICE 
DES LABIPES. 



CHAPITRE PREMIER. 

NOTIONS GÉNÉRALES. 

1 , Les appareils lenticulaires employés à ieckirage des phares se Ti^i^ oi-drca daji- 
divisent en trois ordres, d'après leurs dimensions et le calibre de p»™''^ <i'eci»:inge. 
leurs lampes (l). 

2. La partie optique de ces appareils se compose de pa?inemix 1,.,,.,]^ ^paauc et 
lenticulaires en verre et de miroirs. Ces pièces sont assemblées an '"''""'"'''^■ 

(1) On pourraîf former un A" ordre dos jiclils nppHrciis ealadioptriquee , servant i l'e'dairflgc 
deseulrc'es de porls ; mais il n'est ici question i[Me des phares proprcmcnl dils. 

1. 



© École Nationale des Ponts et Chaussées 



( 4 ) 

moyen d'une armature dont le support est ordinairement une colonne 

creuse en fonte (l). 

Lampe niecaniqiip. 3. Chaque phare lenticulaire est iHuminc par une lampe méca- 
nique placée <AM foyer commun des lentilles et des miroirs. 

Ucux espèces de Lcs pompes dc la plupart des lampes de ce genre sont mises 

lamjies mi?eaniques. ■ ' - ur i - ~ ■ i - j J 

en |cu par un mécanisme unoriogerie mu par un poids, qui aescena 
dans l'intérieur de (a colonne de ï'ai^mature. 

Dans les lampes dites Geîaveîeye , le mécanisme se réduit à un 
treuil armé de trois cames , qui impriment à un piston vertical un 
mouvement de va-et-vient. 

Mncliiiie do roia- 4. Daus ics -phaves cifeu changeant , la partie tournante de i'ap- 
chTnficani""^'^^^ "^^ pareil d'éclairage est mise en mouvement par une machine de rota- 
tion, qui a pour régulateur un volant simple ou un volant-pendule. 

SciTicede nuit. 5. Le servicc de nuit des phares lenticulaires est fait par deux 

ou trois gardiens , qui sont alternativement de quart. 

CHAPITRE II. 

INSTALLATION DES APPAREILS LENTICULAIRES ET DE LEURS 

LAMPES. 

Ajiiatemeiitdi'spaii- G. Lcs panucaux lenticukires des phares sont fixés solidement sur 

iip!iu>i Itnliriilnjres. , i ■ i i i 

leurs armatures , au moyen de vis et dc lioulons , et ne peuvent être 
dérangés que par des accidents tout à fait extraordinaires , dont il parait 
inutile de s'occuper ici. 

Ajustenieiiidcsmi- A l'égard dcs miroiis disposés par cours horizontaux sur des trin- 
gles circulaires, ieur monture ne présente pas la même stabilité que 
celle des lentilles , et il peut arriver qu'ils se trouvent déplacés, soit par 
un léger choc , soit par un simple frottement , lorsqu'en les nettoyant 
on néglige de les maintenir. 

(I) Les armatures desqualre phares du 3" ordre (pelù modèle) de Diinkerque , des deus tonrs 
du Commerce et d'Aiguillon (Lairc-Infciieuie), et dc ia pointe do Grave (Gironde), ont chacune 
pour support un trépied; mais cette disposition , ne devant plus ùtre reproduite, doit dire 
conside'rdc comme exceptionneiie. 



(5 ) 

On s'apercevra qu'un de ces miroirs aura été dériuigé, ïorsqii'eti 
visant du foyer de l'appareil, on ne verra plus l'horizon se peindre 
sur ie milieu de la glace. Pour la ramener à sa position primitive, 
ii suffira de faire jouer convenablement les écrous et contre-écrous 
des trois pattes en cuivre cpii maintiennent son cadre. 

Cette opération, qui exige le concours de deux personnes, ne 
devra dans aucun cas être faite qu'avec rinferveiition de l'Ingénieur 
ou du Conducteur chargé de la surveillance du phare. 

7. La lampe de service d'un phare lenticulaire est ordinairement iiisiaiiaiion il.; in 

. - . . ■ T 1^1 larn|)e desei'vicc. 

placée sur un trépied à coulisses , portant trois tiges verticales hictees 
et garnies d' écrous et contrc-écrous. Ces tiges s'engagent dans les 
pieds de la lampe, et l'ajustement présente assez de jeu pour per- 
mettre de rectifier au besoin le centrage (l). 

Pour que cette lampe soit bien installée il faut, 

1° Giue le milieu du bec corresponde exactement à l'aplomb du 
centre ou foyer de l'appareil lenticulaire; 

-2° Que îa couronne de ce bec soit établie en contre-bas du mi- 
lieu des lentilles, à la distance déterminée par la hauteur d'une jauge 
disposée à cet effet (2); 

3° Que ie dessus de cette couronne soit parfaitement de niveau. 

.8. Les diverses manœuvres nécessaires pour satisfaire à ces trois 
conditionssont ordinairement effectuées dans l'ordre suivant: 

1° On détermine d'abord la. position du centre de l'appareil au 
moyen de deux fils tendus diamétralement entre les milieux de 
quatre montants des cadres des lentilles ; 

(1) Les quatre iipparcils csccplionneis ci-dessus liieudnniios (page 4, noie 1^ oni leur lampe 
fixcie sur un pTalcau qui s'ijltïe ou s'u-baissc au moyen d'un crit. 

(3) Celle distance ver (icale est généralement réglée comme il suit , savoir : 

Poar les phares du t''' ordre 38 miilimilres. 

Pour les phares du 2^ ocâre 2G 

Pour les pli!ires du 3" ordre 24 

Lorsque l'eleValiou des pliares est telle qu'elle oblige d'incliner leurs Iculillcs, on relève le 
bec proportioimelicmcnt à i-etic inclinaison, 

2 



(6) 

3" On ajuste sur le bec la jauge dont il vient d'être parlé, et dont 
ie milieu est marqué d'une manière apparente ; 

3° A l'aide des coulisses du trépied on amène la lampe à peu près 
à hauteur convenable, ou, s'il ne s'agit que d'une différence de 
10 à 15 millimètres au plus, on se borne à faire jouer les écrous 
de calage. On pose ensuite sur la couronne du bec un petit niveau 
à bulle d'air, et d'après ses indications on cale la lampe de manière 
à ce que le dossus de ce bec se trouve horizontal; 

4° Pour centrer le bec, c'est-à-dire pour faire correspondre le 
milieu de la jauge au point où les deux fils se croisent, on desserre 
les écrous supérieurs des vis de calage , et l'on déplace horizontale- 
ment la lampe, autant qu'il peut être nécessaire pour l'amener à la 
position convenable, 

5° On replace enfin le petit niveau sur îa couronne du bec, et si 
l'on reconnaît qu'elle n'est plus horizontale, on la ramène à cette 
position, en observant de satisfaire en même temps aux deux pre- 
mières conditions relatives au centrage et à la hauteur. 

Lampes iio ic- 9, Dcux lampcs mécaniques de rechange doivent toujours être 
tenues en réserve pour remplacer au besoin la lampe de service. 

CHAPITRE ni. 

disposition et service des lampes à mecanisme 
d'horlogerie. 

piiiiics piincipiics 10. Les lampes mécaniques comprennent cinq parties principales , 

des lampes méca- 
niques, savoir : 

Le réservoir d'huile, 

Le mécanisme, 

Le coiys de pompes, 

Le bec, 

La cheminée. 



(^ ) 

11. he réservoir est formé par un seau en fer-T3latiG occupant la Ri^aiMvoir d'imilc 
partie moyenne de ia monture de la lampe. II peut contenir le douMe 

de l'huile nécessaire à un éciairage de quinze à seize Iicures, 

12. L.e mécanisme d'horlogerie fait tourner un arbre vci'tical qui Mréaniamc. 
imprime, à l'aide de bielles, un mouvement de va-et-vient aux pistons 
horizontaux des pompes. 

13. Lecorps (/e^jornoe^communiqnc avec le réservoir d'Imiie, au Corps cie poniies. 
moyen d'un iuij au- aspirateur garni inféricurementd'un petit filtre. Les 

pistons, au nombre de trois ou quatre, sont formés de valvules ^i\ 
peau de mouton, et les c/ajocfo sont de simples rondelles tenant par une 
légère charnière au morceau de cuirdans lequel ellesont été découpées. 

14. Le bec de lampe porte des mèches concentriques, au nombre rcc de îampe. 
de deux, trois ou quatre, selon qu'il appartient au 3*^, au 2" ou 

au 1°'' ordre. 

Le bord inférieur de chacune de ces mèches est hxé par une 
bague, sur un support circulaire, qui s'dièvc ou s'abaisse au moyen 
d'un petit cric. 

L'huile arrive aux mècliespar un tuyau qui forme ia tige du hcc et 
(]ui s'ajuste sur ie corps de pompes au moyen d'un raccord à vis garni 
d'une rondelle de cuir. 



15. La cjicminée de cristal est portée par une robe, cylindrique, (:rii=iiiiTi.;r rfccj 
qui s'élève ou s'abaisse selon qu'on la tourne à gauche ou à droite. 

Sur ie sommet de la cheminée se place une allonge en tôle dans 
l'intérieur de laquelle est ajusté un registre ou obturateur , qui sert 
à modifier à volonté l'ouverture du tuyau. 

16. La consommation d'huile d'une lampe mécanique entretenue CoiisomiiiEitinn 

I - /v. , , ,,, , . iCliuile. 

en plem eitet setcvepar heure, savoir: 

2. 



( 8 ) 

Dans une lampe du 1 " ordre , à . . . 750 grammes ; 

Dans une lampe du 1" ordre, à. . . 460 (l); 

Dans une lampe du 3° ordre, à. . . 190. 

Prodiiii lii^i pampps. 17. Pour que la flamme prenne tout son développement et qu'en 
même temps la couronne du bec soit suffisamment rafraîchie , il est 
nécessaire que ies pompes élèvent par heure quatre fois autant d'huile 
environ que la lampe en consomme , c'est-à-dire : 

Pour le l"' ordre 3 kilogrammes ; 

Pour le 2^ ordre 184 grammes; 

Pour le 3" ordre 760 grammes. 

L'huiic excédante est dégorgée par le bec et retombe dans le 
réservoir. 

Poids moteur. 18. Lc poïds motcur des kmpes doit être moufle, c'est-à-dire sus- 

pendu à la chape d'une poulie mobile. 

Lorsque ie mécanisme a été bien exécuté et est convenablement 
entretenu, le poids moujlé nécessaire pour ie faire régulièrement 
fonctionner n'excède pas , 

Dans les kmpes du l" ordre. . 3 6 kilogrammes ; 

Dans celles du 2° ordre 3 0; 

Dans celles du 3* ordre o. 

Service (les lampes 1 9- Ou disposc Une iampe mécanique pour l'éclairage, en procédant 
^ amsi qud suit : 

l'ose Jc3 mÈeiics, On garnit d'abord le bec de ses mèches, en les fixant chacune à son 

support avec une bague ou un fil. 

II est essentiel que leur bord inférieur ait été coupé bien régulière- 
ment et soit également recouvert par la bague, afin de ne pas obs- 
truer ie passage de l'huiie (2), 

(1) Au phnjc du Pilier ( Veniîtd ) , le bec du Se crdre ( ancie^i modèle) ne consomme que 
400 grammes d'iiuile par heure. 

(2) Si quïîijues mèclics se trouvaicut d'uu diamètre un peu trop grand, on les riiduirait à !a 
dimension convenable en cnlerant avec prceaation un nombre suffisant des fils de la cliamc. 



( 9 ) 
Les mèches étant posées, on les descend au plus bas, puis avec Rtsection Hu bord 
des ciseaux courbes, bien tranchants, on coupe leur bord supérieur à 
fleur du bec. 

Si la couronne du bec présentait quelques pointes ou fils saillants , 
ces inégalités feraient fumer la flamme, et se couvriraient bientôt de 
dépôts charbonneux appelés champignons. II est donc trcs-essentici de 
coupei' régulièrement les mèches, tant dans cette première opération 
que dans ïes mouchages successifs. 

Après avoir ainsi garni le bec, on rempht d'huile le réservoir, puis Remplissage du 
on monte le poids moteur du mécanisme à i'aide de sa raaniveile. (ogc ,i,i micanhme. 
Au bout de quelques instants, i'huile aspirée et refoulée par les pompes 
vient baigner la couronne du bec et s'écoule par t'égouttoir. 

20. Pour reconnaître si l'huile est élevée en quantité suffisante, on Viiiirmaiinn .lu 

, Y ! 11 ^ ■ 1 ■ / 1' pioiluil des poinprs. 

peut placer au-dessous de legouttou- un vase ayant !a capacité dun 
demi-litre, et prendre note du temps dans lequel il se trouve rempli. 
D'après ce qui a été dit ci-dessus, ce temps devrait être : 

De 9 minutes pour une lampe du l " ordre ; 
De 1 5 minutes pour une lampe du 2" ordre ; 
De 3 6 minutes pour une lampe du 3" ordre. i 

21. Lorsque les mèches sont suffisamment imbibées d'huile, on Aifuimigcrun bec 
peut procéder a 1 allumage, en preiiant les précautions suivantes : qucs. 

On élève d'abord la mèche centrale n" 3", d'environ 15 millimètres, 
et à l'aide d'une bougie ou d'une petite kmpe à main disposée à cet 
effet on met le feu à deux points opposés de cette mèche que Ton 
abaisse ensuite autant qu'on peut ie faire sans l'éteindre. On procède 
de même pour les mèches n"' 2,3 et 4 , en se hàtaiil de les abaisser 
successivement aussitôt qu'elfes sont allumées, afin de ne pas enfumer 
i'appareil. Cela fait , on pose sur ïe bec la cheminée de cristal garnie de 
son obturateur, 

3 



( 10 ) 

Hsincuiit[ai(u,»c 22. Dans ïes premiers instants de l'alfumage, on tiendra le coude 

ôoudt ik^ ]/ ehtmi- ^^ ^^ chcmînée aussi élevé que possible , afin de prévenir la rupture qui 

"'■''■ pourrait résulter d'un trop brusque échauiTement. On redescendra 

ensuite graduellement cette cheminée jusqu'à ce que son coude se 

trouve ramené àia hauteur d'environ 4 centimètres au-dessus du bec, 

pour les lampes des T'et 2*= ordres, et de 3 centimètres pour ceHes du 

3* ordre. 

Conduiic de I:, 23. Pendant la première Keure dc ïa combusfion , la hauteiu' des 

lampe: ijendiiiil l:i , , , , .„. 

i>i-emiirc heure. meches au-dcssus du bec ne devra pas excéder 5 à 6 milnmetres, et 
l'on veiifera à ce que les flammes ne montent pas trop rapidement , ce 
qui pourrait occasionner ia rupture de ïa cheminée et ferait charbonner 
les mèches. 

Emploi de i'obdi- 24. A mesurc que la combustion deviendra plus active, on ou- 

ralcur pour souvci- .ni i - !■ i . i 

ner ic'E fliimnips. vHfa 1 obturateur autant que besoui sera, et on relèvera les mèches 
à la hauteur de 7 millimètres , qu'il ne faudra que très-rarement 
dépasser. 

HouieuvjTiDyeiiiie 25. Au bout d'une heure, les flammes ainsi gouvernées devront se 

des flnniTÈips. , i ■ rr ■ ■ i i 

trouver a peu près en piem eiiet, etavon' atteint les hauteurs moyennes 
ci-après, savoir : 

Pour une lampe du l" ordre lo à il centim. 

Pour une lampe du 2* ordre 8 à 9 centim. 

Pour une lampe du 3" ordre 7 à 8 centim, 

On maintiendra lesflamnies à hauteur convenable en taisant [ouer 
de temps en temps ia clef de l'obturateur. 

Ruveii il carillon, 26. Pour faciliter la surveillance des gardiens , on adapte à la lampe 
de service des appareils lenticulaires un réveil à carillon. L'échappe- 
ment de ce mécanisme est retenu par la queue d'un levier portant à 
l'autre extrémité un godet percé d'un petit trou. Ce vase est placé 



C 11 ) 

sous l'orifice de l'égouttoir du bec, et tant qu'il est enti-etenu pleiu 
d'huile , il soutient son contre-poids. Mais si l'ascension de l'huile vient 
à s'an-êter, le godet se vide et, le contre-poids s'abaissant, lève l'arrêt 
du carilioii qui entre aussitôt en jeu. 

CHAPITRE IV. 

SERVICE DES LAMPES A CAMES. 

27. Le service ordinaire des lampes à cames , lorsqu'elles fonction- siirviKiiisiiimpts 
nent régulièrement, ne présente aucune différence notable avec celui '"''""''■'■ 
des lampes à mécanisme d'horlogerie; mais fentretien des premières 
exige quelques précautions spéciales, qui seront indiquées ci-après. 



DEUXIÈME SECTION. 

SERVICE DE l'Éclairage. 



CHAPITRE PREMIER. 

SERVICE DU SOIR ET DE NUIT. 

28. Chaque soir, une demi-heure avant le coucher du soled, les Service du soii-. 
deux gardiens de service pour la nuit monteront à la chambre de la 
lanterne, après s'être munis d'une htcerne allumée (l). 

Si le service de jour a été fait régulièrement, les dispositions sui- 
vantes auront dû être prises: 

1° La lampe de l'appareil prête à être allumée sera coiffée de son Dispuaiiiuus piea- 

, Ublcs prises duraot 

couvercle; le jour. 

(l) La lurerne ou liinlerne (l'allivmoui- roiifi^riiio , oiilrp une limipu iÎNO , uni: petit.! lampe à 
main, qui lient lieu île bougie pour l'iillumuge iks phares. 

3. 



( 12 ) 

2° Son poids moteur remonte à toute hauteur sera soutenu par 
une cheville en fer, au niveau de ia table de service ; 

3° La cheminée garnie de sou obturateur sera posée sur cette table 
ainsi qu'une boite renfermant les ustensiles les plus ordinairement 
emploj'és pour le service de lecîairage; 

4° Quatre cheminées de cristal, et un bec de rechange garni de 
mèches sèches , seront tenus en réserve dans une des cases de 1 es- 
trade (l) de ia table de service , si le phare est du premier ordre, ou 
dans la petite armoire de la chambre de la lanterne, s'ii est d'un ordre 
inférieur ; 

5" Dans l'ime des armoires de la chambre de service seront renfer- 
mées les deux lampes de rechange coiffées de leur couvercle et garnies 
de leur corde. Celle de ces deux ïampes qui , en cas d'accident, devra 
être placée dans l'appareil , sera de plus garnie de la poulie de rechange 
du poids moteur; 

6° Un bidon plein d'buile filtrée de la veille sera tenu en réseiTe 
dans la chambre de service ; 

7" S'il y a une machine de rotation , le poids moteur sera élevé 
à toute hauteur, la roue de champ sera retenue par son verrou , et les 
roues d'angle seront désengrenées ; 

Uiiipi; -ïciiieuse 8° Une lampe veilleuse sera tenue allumée dans la chambre de 

de Ja chainbic de ■ t, ■, / , t r t i 

service. scrvice , pour que 1 on ne soit pas expose a manquer de teu dans le 

phare; 

Stores ei rîiienux. 9° Lcs stores de la lanterne seront baissés , et les miroirs inférieurs 
de l'appareil seront recouverts des rideaux destinés à les préserver de 
l'action du soleil (2). 

Aliui.i!.gc de hx 29. On commencera l'allumage un quart d'heure après le coucher 
du soleil, afin que le phare puisse être en plein effet à la chute du 
jour. 

(i) Les tables de sevricf dos appareils du deulièiue ef du Iroisième ordre sont de'pourvues 
d'estrade. 

(3) Quelques appareils Ifintlculafi'eg ne sont pas pourvus de eotte gariiiluro de rideaus. 



liiiiipo Ar. service. 



( 13 ) 

30. On se conformera, pour cette opération et pour la conduite de 
la lampe, aux indications données ci-dessus. 

 la chute du jour on lèvera les stores et les rideaux. 

31. Si ie phare est à feu changeant, on mettra la machine de Mise m mouïc- 

. ,. 1 II II Ti iT ment de 1» machine 

rotation en mouvement immédiatement après l allumage. U sullira pour <ic rotinion. 
cela d'abaisser ie pivot de ia roue de communication de mouvement, 
de manière à ce que les roues d'angle engrènent convenablement, et 
de tirer ensuite le verrou de la roue de champ, 

32. Si après une longue combustion les mèches se trouvaient trop Mnudiiigf <ic 
charbonnées pour que l'on pût maintenir leurs flammes à hauteur con- 
venable , en fermant à moitié ïa clef de l'obturateur et même en aug- 
mentant de 2 à 3 millimètres la hauteur de ces mèches , il deviendrait 
alors nécessaire de les moucher. 

Cette opération , qui en pareille circonstance exige le concours des 
deux gardiens de service, s'exécute avec les précautions suivantes : 

1° On suspend dans l'intérieur de l'appareil la fampc veilleuse de la 
chambre de service, etl'on place sur l'estrade de i'armaturc(l), ou sur 
ïe balcon de service, la lucerne allumée, ainsi que deux cheminées 
de rechange parfaitement sèches et essuyées ; 

2° On éteint la lampe de l'appareil en abaissant les mèches, puis 
l'on ôte l'obturateur, et l'on enlève ia cheminée en l'entouiant d'un 
morceau de drap bien sec, qui permet de la saisir sans se brûler; 
on ia roule ensuite dans cette étoftc , et on la laisse refroidir graduelle- 
ment afin de prévenir sa rupture ; 

3° On arrête le mouvement des pompes et l'on mouche les mèches 
le plus promptement possible , après quoi on retire l'arrêt des bielles 
et l'on rallume les mèches, en les portant de suite à la haiifeur de 
7 millimètres. Cela fait , on remet en place la cheminée encore chaude , 
et en peu d'instants les flammes reprennent leur premièie hauteur. 

Si la cheminée de service venait â se casser, elle serait remplacée 
par l'une des deux cheminées disposées pour rechange. Dans ce cas, 

(1) Voir ia noie (l) , page 13. 



Changenieni 
lunijic iIf sctïice. 



( H } 

on observerait de tenir les flammes basses durant quelques moments, 
pour ne pas échauffer trop brusquement la nouvelle cbeminée. 

33. Le mouchage peut encore devenir nécessaire lorsqu'il se forme 
sur les mèches des champignons qui font rougir et fumer la flamme. 

Ces dépôts charbonneux sont ordinairement occasionnés, soit par 
les pointes ou fils restés sur le bord des mèches , soit par les ordures 
qui peuvent s'y être attachées , ou qui obstruent quelque partie des 
conduits réservés à la circulation de l'air (i). 

de 34. Lorsque dans le cours de la nuit quelque accident survenu 
à la lampe de service obligera de la remplacer par une lampe de re- 
change, on procédera comme il suit à cette opération : 

On placera d'abord sur le balcon de service la lampe de rechange 
garnie de sa corde et de sa pouhe, et le bidon plein d'huile qui aura 
dû être tenu en réserve (art, 28,5 6). 

On suspendra dans l'intérieur de l'appareil la lampe veilleuse de la 
chambre de service. 

On déposera sur l'estrade (2), ou sur le balcon de la lanterne, deux 
cheminées, la boîte de service, la lucerne allumée et le bec de re- 
change garni de ses mèches , si ie bec de service doit être remplacé. 

Après avoir abaissé graduellement les mèches de la lampe de l'ap- 
pareil pour les éteindre, on enlèvera la cheminée avec les précautions 
ci-dessus indiquées ;, on remontera le poids à toute hauteur, et on 
t'arrêtera au niveau de la table de service par une cheville en fer; 
on décrochera la poulie , puis on enlèvent la lampe de l'appareil pour 
être remplacée par celle de rechange. 

Cela fait, on ajustei'a sur la nouvelle lampe, soit l'ancien bec, s'i( 
peut servir, soit le bec de rechange après l'avoir plongé dans l'huile, 
et l'on vérifiera par un aperçu rapide la position de sa couronne. 

Si cette couronne ne se trouve pas de niveau , on fera jouer les 

(1) Il peut iirriver iiussi ijui: lii fuiiiiaiiuii des chnmpjgnons sur Te iinrd des méelits iiisudt 
imiqueiiient de fa mauvaise qualité de i'huiie. 

(2) Voir la noie ()), page 12. 



( 15 ) 
vis de calage autant qu'il sera nécessaire pour l'amener à peu près 
à Ifi position fiorizontuie. 

On verseia ensuite dans (e réservoir de ïa nouvelle lampe l'huile 
contenue dans le bidon. 

La lampe de rechange ayant été ainsi installée le plus rapidement 
possible, on la mettra en jeu et on l'allumera avec toute la célérité 
que pourront comporter les précautions requises pour prévenir la rup- 
ture de la cheminée. 

Le jour venu, on rectifiera avec soin l'installation de celte lampe. 

35. IjC gardien de quart ne devra jamais procéder au changement 
de lampe sans se faire assister du second gardien de service (i). 

36. Lorsque l'on se trouvera obligé dans le cours de la nuit de l'itciiuiions h 
remonter te poids moteur de la lampe de service , il taudra laire ioutr nuit pour rfiuonici- 
d'une main l'engrenage des valvules, tandis que de l'autre main on ilil^'pl dTs<'l[ic", 
tournera la manivelle du remontoir. Si l'on ne prenait pas cette pré- 
caution , les flammes s'élèveraient pendant l'interruption de l'ascension 

de l'huile et enfumeraient la cheminée (2). 

37. Dans le cas où le gardien de quart, ayant négligé de surveiller Mesures à-pi'endi'e 
la lampe de 1 appareil, serait averti par la sonnerie du carillon que ,,e |„ i^,,, ,, ^^ sci-- 
l'ascension de l'huile est ralentie ou suspendue, iî devrait aussitôt ''i^'^"'"'"'!''''!"'""'!'- 
monter sur ia table de service et accélérer le mouvement des 

pompes en faisant d'abord jouer à la main l'engrenage des bieHes, 
puis" en ouvrant ies ailes du volant. 

Il examinerait ensuite s'il ne serait pas nécessaire de changer 
fe bec ou même ia lampe de service. 

(1) Dans le cos où le lî^ratigomcnl survenu au métarifime de la lainjie de service ne spritit 
pas àe uature à suspeudrc conipletcmenl: l'a^eeusioii de l'iiuile, on poiirr^iit se dispifnsn cle 
recourir au ehungcjivciit de iamp« , en faisant jouer les pompes a la. niaiu , siirtoiil si la nuit se 
trouvait frè s -avancée li est bien entendu que ie gardien occupé de celte iiiitiicctiyi-c so piact- 
rait du cotd de tei're , en se tenant assis sur i' estrade. 

(2) S'il s'agit d'une lampe à cames, il faudra, à ciiaquc Iroisième lotii- de la uianivcilo, faire 
momentanément effort eu sens toniraire. 

4. - 



CiiaufTuii' de lii 
!:impe [le servies. 



( 16 ) 

38. Lorsque le froid sera assez intense pour faire geler l'huile de 
colza , on observera les précautions suivantes dans le service du soir : 

1° Une heure avant le coucher du soleil, l'huile destinée à aii- 
mcntei- la ïanipe sera mise à chauffer jusqu'à ce qu'elle ait pris une 
température telle qu'on ait peine à y tenir la main , après quoi on 
versera cette huile dans le réservoir ; 

2° On dévissera le bec, on versera de l'huile chaude à i'aide d'un 
entonnoir par l'orifice du corps de pompes, puis, après avoir tenu 
quelques instants le bec lui-même plongé dans l'huile chaude, on le 
remettra en place et on fallumera; 

3° On garnira ensuite et l'on allumera la lampe du chauffoh- 
à deux tubulures, et après avoir vissé la rondelle de ce petit appa- 
reil de manière à le rendre bien étanche , on le plongera dans le 
réservoir de la lampe de service. 

II faudra observer de ne pas élever la mèche de la lampe du chauf- 
foir à plus de 7 millimètres au-dessus de son bec, car autrement il 
pourrait se trouver éteint par fépaissc fumée qui serait produite, 



CHAPITRE II. 

SERVICE DU MATIN. . 

39. Les principales opérations du service du matin seront effec- 
tuées dans l'ordre suivant : 



Extineiioii dp lit 1° Au point du jour OU éteindra la iampc dc l'appareil , en com- 

Iiimiip de i'an]iitvcil. i > i r ■ • r r ii 

mençant par la mèche extérieure, et en procédant graduellement 
pour ne pas exposer la cheminée aux effets d'un changement trop 
brusque de température; 

Uemonia<5t du 2° On remontera le poids moteur de cette lampe jusqu'au niveau 
l'amnc'!'""''"^' '^ '^'^"'^ ^^ ^^ tablc de scrvicc , et on le fixera comme il a été dit plus haut ; 

Hemoiiiagc du 3" On remontera, si ic phare est tournant, le poids de la machine 

irrortdÔn."""^'""'"" ^^ rotation , et l'on arrêtera la roue de champ au moyen de son 

verrou. Oij désengrènera ensuite les roues d'angle, afin que cette 



( 17 ) 

machine rie soit pas exposée à recevoir des secousses qui pourraient , 
rendomniager ; 

4° Ou abaissera les stores de k lanterne, et ion remettra en Sto^s à Laisser; 

rideaux ri remetlrc 

place les rideaux de l'appareil , double précaution essentielle pour en [ilacc. 
empêcher que les rayons solaires ne brûlent le bec de la lampe de 
service et n'endommagent le tain des miroirs inférieurs; 

5° On enlèvera l'obturateur ainsi que la cheminée de crista!, et Enlèvement iic u 

^ _ fliemiiKÎe ûc erïalal. 

on ies déposera provisoirement sur la table de service ; 

6° On mouchera les mèches de la lampe, de manière à ce qu'elles Moutiia^e. 
affleurent exactement le bec, conformément aux indications de l'art. 1 9 ; 

7° On nettoiera l'intérieur du bec avec un petit goupillon , et tout Noitoicmcnt cin 
le dehors de la lampe avec un torchon; tericuresdeiaiiimpp. 

8° On fera écouler l'huile du réservoir dans un seau de fer-blanc, Netioicment i(u 

, , réservoir et renmi- 

qui sera mis a part ( 1 ) ; veliemem de i'huiie. 

9° On rincera ce réservoir avec de l'huile neuve filtrée (qui sera 
ensuite repassée au filtre), et l'on enlèvera, à l'aide d'un linge neuf 
attaché à l'extrémité d'un petit bâton, les ordures qui n'auraient pas 
été entraînées par le rinçage; 

10" Si ie filtre du tube aspirateur paraît obstrué, on démontera ce 
tube pour le nettoyer, puis on le remettra en place ; 

1 1° Le réservoir sera ensuite rempli d'huile filtrée de la veille ; 

12° La cheminée de service sera nettoyée avec soin et déposée Netioiemcm de in 

, I , T n 1 ( Ti clieiiiine'e de crisial. 

amsi que son obturateur dans lune des cases de 1 estrade, ou danslar- 
moire de la chambre de la lanterne. 

40. Lorsque l'on aura renouvelé en tout ou en partie la garniture du ftenonvclicment 
bec de la lampe de service , il faudra faire marcher de suite les pompes 
pendant une heure , afin de bien imbiber d'huîle les mèches neuves. 

(1) Après avoir faissfi reposer telle Iiuife pendant ipiclqucs heures, on la versera sur le filtre 
avec de l'huile iictivc. % 

L'emploi du filtre est indispensaliie même pour i'Tiuilc neuve , afin de ia purger cics peiils 
filaments de coton qu'elle contient presque toujours, par sitiic des procèdes tisite's pour la clarifi- 
cation. 



Jt service. 



( 18 ) 
CniiTc do lii bmpe 4l. Après avoir terminé le service du matin en ce qui concerne 
iii lampe , on la recouvrira de sa coiffe de fer-blanc , afin de tenir 
le bec, le corps de pompes et le réservoir, à i'abri de k poussière 
jusqu'au moment de l'allumage. 



TROISIEME SECTION. 

SERVICE d'entretien ET DE PROPRETE. 



CHAPITRE PREMIER. 

ENTRETIEN DES LAMPES À MECANISME d'hORLOGERIE. 

cimiigcineiit jjc- 42. Après quinze jours de service continu , la lampe de l'appareil 

riodique de Inmpc i . , , n i i i i i 

de service. (levra être remplacée par iuue des deux lampes de rechange, et ce 

roulement s'opérera régulièrement entre les trois lampes, autant 
toutefois qu'elles se trouveront toutes les trois en état de fonctionner. 

43. Le changement dont il s'agit s'effectuera ic matin, et l'on ne 
manquera pas de faire marcher de suite la nouvelle lampe pendant 
quelques heures , pour s'assurer qu'elle fonctionne régulièrement. 

Neiioicmeiii îles 4:4. La lampe retirée de l'appareil sera visitée et nettoyée avec 

iumpes mcCiiiiiuucs ■ ' r\ , i r . , i i , • 

après quinze jours Je soin. Un oDscrvera de démonter le corps de pompes pour en extraire 
l'huile qui pourrait y être restée, et ijui en vieillissant entraverait le 
jeu des clapets. L'on dévissera le tube aspirateur et l'on nettoiera son 
fdtre. 

La lampe remontée et recouverte de sa coiffe sera ensuite déposée 
dans l'une des armoires de la chambre de service. 

Emploi cl conser- 45. Des six bccs appartenant aux trois lampes mécaniques du 

latioii des becs ii . „ , ■ i i in -i 

miches muiiipics, pliarc , 1 un restera monte et garnr sur la lampe de 1 appareil ; un autre 
garni de mèches sèches sera conservé comme rechange dans une des 
cases de l'estrade ou dans î'armoire de la chambre de la lanterne. Les 



( 19 ) 
quatre autres , entièrement dégarnis de mècïies et bien nettoyés, seront 

tenus renfermés dans une armoire exempte d'humidité, et ne serviront 
que lorsqu'un des deux premiers aura besoin d'être réparés, 

46. Pour conserver au volant rcguiateuv du mécanisme des Enireijtn ordi- 

, 1 -i- , ■ I I nnire du mrcuiiieme 

lampes sa mobilité, on aura soin de mettre de temps en temps aux des îampts. 
pivots de cette pièce, ainsi qu'à la vis sans lin et aux pivots de ia 
roue de champ, un peu d'huile d'horloger. II faudra en mettre aussi, 
mais beaucoup plus rarement , aux autres pivots. On observera 
d'ailleurs de n'appliquer cette huile qu'en très-petite quantité, et 
après avoir soigneusement essuyé avec une baguette entourée d'un 
iinge neuf, tout ce qui pourra rester d'huile ancienne adhérente aux 
diverses pai'tles du mécanisme. 

47. Chaque lampe mécanique devra être démontée et complète- p^monUgaeiiM. 

' _ ' _ _ loicmenl cnaiplcldcs 

ment nettoyée aussi souvent qu'il pourra être nécessaire , et au moins lampes mrcaniiiucs. 
une fois tous les six mois. 

48. Pour nettoyer les pièces en laitoii du mécanisme, on apph- 
quera sur toutes leurs faces du tripoli délayé dans de l'esprit de vin, 
et on les frottera ensuite avec une petite brosse douce jusqu'à ce 
qu'elles aient repris un beau poli. 

Les pièces en acier pourront être simplement frottées avec une 
spatule de bois tendre trempée dans l'huile. 

Avant de remonter ce mécanisme on nettoiera avec une petite 
tige de bois tendre les trous des pivots des rouages ainsi que les écrous 
des vis. 

49. Lorsqu'une lampe à mécanisme d'horlogerie, après avoir mar- uiiaiif-emcm du 

,,.[., j [ 1 I ■ r ■ iiiécanisnie des lutn- 

che régulièrement pendant quelque temps , cessara de bien lonction- pes, ctmoypnsii'vrc- 
ner, les gardiens devront rechercher la cause de cette perturbation ""''""■ 
afin d'y remédier autant qu'il leur sera possible. 

Pour faciliter cette recherche on va exposer ici les principales 



© École Nationale des Ponts et Chaussées 



( 20 ) 
causes qui peuvent troubler ïa marche ou nuire à l'effet des lampes 
de cette espèce : 



Chcminteadcmau- 
Taisv forme. 



Ascension iiTegu- 
licrï de l'hiiiie. 



1° Lorsque la cheminée est de mauvaise forme, et notamment 

lorsqu'elle est trop large et que son coliet est trop élevé, les flammes 
sont constamment agitées, sujettes à fumer, et ne peuvent être con- 
venablement réglées par l'obturateur. 

En pareil cas on doit se hâter de remplacer la mauvaise chemi- 
née par une autre de meilleure forme. 

2° Lorsque l'huile monte irrégulièrement, les flammes s'abaissent 
et s'élèvent alternativement sans pouvoir être maintenues à une hau- 
teur constante. 

Cet inconvénient peut provenir de ce que les roues qui font 
mouvoir les pistons des pompes (l), n'engrènent pas dans une 
position telle que les courses de ces pistons présentent une succes- 
sion régulière de mouvements. On y remédie en rétablissant l'engre- 
nage dans les positions marquées par les repères. 

Jeu d'il» clapet 3° H peut arovcr qu'un des clapets cesse de fonctionner par l'effet 
de la rupture de sa chainière. 

Dans ce cas, la bande de cuir à laquelle appartient ce clapet de- 
vra être remplacée par un cuir neuf, qui sera façonné à l'aide des 
emporte -pièces disposés à cet effet. On pourra toutefois rétablir 
provisoirement avec deux points de couture la charnière rompue. 

cb]ieis 4" Lorsqu'une lampe mécanique est restée longtemps sans em- 
ploi, et que l'on a négligé, après s'en être servi, de nettoyer à fond 
le corps de pompes, ses clapets perdent leur mobilité par l'effet 
de la viscosité que prenJ en vieillissant la couche d'huile adhérente 
à leur surface. 

Pour nettoyer des clapets ainsi empoissés, il faut démonter le 
corps de pompes , laver à plusieurs reprises les cuirs à clapets dans 

(1) CeKo ob se; nation n'esl pus iLjipiicitiiIi! ans lampes d'anticu iiiodMi;, oii les bielles des 
pompes son! mises en jeu par un levier coude. 



Jeu lies 
en!i'avé. 



( 21 ) 

(le rimile tiède, puis ïes essuyer avec un iiiige, en prenant garde 

d'endommager les charnières. 

6" Lorsqu'une des valvules vient à crever, l'ascension de l'huile Valvules crcfées. 
ne s'opère plus régulièrement, ni en quantité suffisante. On recon- 
naît tout d'abord cet accident par la perte d'huile qui en résulte, 
et l'on y remédie en renouvelant la peau de mouton qui forme les 
valvules. 

Le renouvellement des valvules des lampes mécaniques est une 
opération à laquelle les gardiens des phares lenticulaires doivent être 
exercés. Il faut , en y procédant , observer de ne pas trop tendre la 
peau de mouton sur le corps de pompes, car il en résulterait des temps 
d'arrêt dans les mouvements des pistons , et conséquemment des 
irrégularités dans l'ascension de l'huile. 

Si la rupture d'une valvule arrivait dans le cours du service de nuit, 
et que la flamme ne pût être maintenue aux deux tiers de la hauteur 
prescrite , il deviendrait nécessaire de changer de lampe. 

6° Si l'on négligeait de renouveler la lampe de service tous les tuIic aspiraieuv 

,>r iir -i II II' oiislruc. 

quinze jours, ou de iiltrer ihnilc avant de la verser dans le réser- 
voir, ou enfin de nettoyer la toile métallique du tube aspirateur à 
chaque renouvellement de lampe , i! pourrait arriver que les petits 
trous de cette toile se trouvassent obstrués au point d'intercepter, ou 
du moins d'entraver considérablement l'ascension de l'huile. 

Pour éviter en pareil cas le chaiigement de lampe durant le service 
de nuit, on pourrait essayer de surmonter l'obstacle en ouvrant les ailes 
du volant régulateur et en augmentant le poids moteur. 



7° Lorsque le hec d'une lampe mécanique n'est pas arrosé d'une Obsi.ivEniougtn<,-- 

. , .,, . raie SU]' rniimcnta- 

quantite dhuile suilisante, les mèches charbonnent, ia flamme rougit lioniiuiiecdetaiiipo 
et s'élève en fumant, et si l'ascension de l'huile vient à cesser tout à ''"' "P"'"?''^' 
fait , la couronne du bec n'étant plus rafraîchie se brûle, ou du moins 
se dessoude. 



( 22 ) 

Si cette insuflisaiice du produit des pompes ne provient d'aucune 
des causes qui viennent d'être signalées , et paraît tenir seulement à ce 
que, par suite de quelque altération dans les pièces du mécanisme, le 
jeu des pistons est devenu trop lent, on essayera d'y remédier provi- 
soirement, comme il vient d'être dit, en ouvrant les aiies du volant , 
sans ïes rendre tout à fait horizontales, et en augmentant au besoin le 
poids moteur. 

L'on devra ensuite, dès que le mécanisme qui fonctionne avec trop 
de lenteur pourra être démonté, nettoyer à fond toutes ses pièces, puis 
les rajuster en observant d'Iiuiiffl' légèrement les pivots, et faire enfin 
un nouvel essai de la lampe. Si le résultat n'est pas satisfaisant , 
et qu'il faille encore, pour obtenir le débit d'huile indiqué à l'article 1 7, 
tenir les ailes du volant presque horizontales et porter en même temps 
le poids moteur , 

A 40 kilogrammes au moins pour le 1" ordre, 
A 35 kilogrammes pour le 2° ordre, 

A 25 kilogrammes pour le 3* ordre, 

On pourra en conclure que la lampe a besoin d'être restam-ée par 
un horloger. 

Neiioicmcni .icB 50. Lorsqu'uu bcc de lampe se trouvera sali et empoissé, on le 
iiflKnlLs^Tn "^Vi]" nettoiei-a en ie plongeant et ie lavant à plusieurs rejirises dans ï'eau 
'''''"'^' bouillante. En cas d'insuffisance de l'eau pure, on aura recours à 

l'emploi de îa lessive chaude. 

Les mêmes procédés de nettoiement sont applicables à tous les vases 
et ustensiles de fer-bïanc. 



Neltoicmcm lics 
clicminJes de crisU], 



5 1 . Les cheminées de cristal salies par la fumée, ou par des gouttes 
d'huile brûlée , seront nettoyées en les frottant avec de la cendre 
tamisée arrosée d'un peu d'eau. On pourra de plus gratter légèrement 
avec la!ame d'un couteau les taches d'huile brûlée. 



( 23 ) 

CHAPITRE IL 

ENTRETIEN DES LAMPES À CAMES. 

52. Lorsqu'il s'agira d'installer une iampe à cames sur le trépied de v«nficiiiîon de 
l'appareil lenticulaire, on s'assurera, dès ïe matin du jour où elle devra cames, «vant de rins- 
étrc placée , qu'elle a été bien nettoyée dans foutes ses parties. laiimiims \ npparpii. 

On examinera ensuite si les couvercles du corps de pompe et de 
ia boîte des clapets sont hermétiquement fermés. A cet effet, on 
pourra essayer de resserrer ces deux pièces à l'aide d'un tourne-vis pour 
la première, et d'une clef pour la seconde. 

On mettra un peu d'huile d'horloger aux palettes des cames pour 
diminuer le frottement, 

On versera ensuite dans le réservoir de l'huile fdtrée, et, après 
l'avoir laissée reposer pendant un quart d'heure environ, on montera le 
poids moteur pour faire marcher le mécanisme. 

Après vingt ou trente minutes, lorsque l'on pourra supposer que 
les menues ordures qui auraient échappé au nettoiement , ont été 
entraînées par l'huile , ou examinera si son ascension est régulière et 
si le produit de l'égouttoir remplit la mesure d'un demi-litre dans l'in- 
tervalle de temps indiqué à l'article 20. 

53. Si i'huile n'était pas élevée en quantité suiTisanfc sous la charge rciiurbaiions ilims 

d, ■ I r ., . , 1 -i j I cr ï '"^ moiivenienl des 

un poids de 35 a 4o kilogrammes, pour une lampe du l*^' ordre, t,,rapes ii camus, «i 

de 30 à 35 kilogrammes pour une lampe du 2' ordre, ou de 25 à ""'y''"s''y"-iii'''[!er. 

3 kilogrammes pour une lampe du 3" ordre , et si les coups de cames 

ne se succédaient pas régulièrement , il faudrait rechercher la cause de 

ce défaut de produit et de ces irrégularités , pour tâcher d'y remédier. 

Elle pourrait provenir : 

1° De l'obstruction accidentelle du trou - régulateur du bec de 
lampe ; 



© École Nationale des Ponts et Chaussées 



( 24 ) 
2" De l'obstruction des mailles du petit fHtre placé sous k boîte des 

clapets ; 

3" De quelque embarras dans le jeu de ces clapels ; 

4° Et pins ordinairement du mauvais état du piston , dont le bour- 
relet de cuir ne s'appliquerait pas exactement sur la paroi du corps de 
pompe. 

64. Comme les causes de perturbation ne pourront que rare- 
ment être reconnues à la seule inspection de ïa lampe, ii faudra le 
plus souvent ia démonter, en tout ou en partie, pour reconnaître à 
quoi tient l'irrégularité de son mouvement. 

Dans ce cas on commencera par dévisser le bec , et l'oi] passera un 
fi] de laiton dans ie trou -régulateur (l). 

On enlèvera ensuite le petit pannier-filtre ajusté sous ia boîte des 
clapets, et on le nettoiera au besoin. 

Pour visiter les clapets, il faudra d'abord démonter la plaque 
supérieure du réservoir, puis dévisser avec une clefie couvercle de 
levu' boite, et dévisser de même leurs quatre montures. 

Si l'on a lieu de présumer que c'est le piston qui fonctionne mal 
par l'effet du racornissement des cuirs, qui n'interceptent plus exac- 
tement toute communication du dessus au-dessous de leur disque, il 
faudra démonter ce disque, et essayer de rendre aux cuirs leur sou- 
plesse en les frottant avec de i'Iiuile. 

Si l'on ne parvenait pas ainsi à les ramollir suffisamment, il fau- 
drait les remplacer par de nouveaux cuirs que l'on taillerait sur la 
forme disposée à cet effet. 

Rajiisicmciit dot^. 55. Lo!'squc, ])our 0])érer un nettoiement complet, l'on aura 
s!f boit" rcuTrâ.*^ '' démonté la tige du pistou d'une lampe à cames, il faudra, pour 



(1) l'oui' reiiicdicr facileiiiEiil h i'obslriiction accidentelle du liou-rcguliiteur s,in? recourir 
iiu dfSmontitge , on a adsplê iiti roliiiiet à In tige du corps de pompe de ([ueiqucs lampes à 
cames. L'expérience apprendra si les iiranlageî de cette disposition l'emportent sur ses incon- 
vénients. 



( 25 ) 
remettre en placé cette pièce et reganifr sa lioîte à cuirs, prendre 
les pre'cautions suivantes : 

1° Après avoir repassé la tige du piston dans ie couvercle de la 
boîte à cuirs, on replacera la rondefle inférieure; 

2" On enroulera autour de îa tige sa garniture de coton bien 
■ enduite de suif ( ou une garniture neuve ) , et i'on fera glisser ce 
bourrelet jusque dans i'intérieur du couvercle; 

3" On replacera îa rondelle supérieure; 

4° On repassera enfin la tige du piston dans ie corps de la boîte 
à cuirs, puis avec une clef on serrera le couvercle jusqu'au degré né- 
cessaire pour prévenir îes pertes d'iiuile. 

Si l'on s'aperçoit , après avoir remonté la lampe , que k tige du 
piston éprouve un frottement trop considérable, on pourra relâcher 
la vis du couvei'cle d'un quart de tour. 

56. On devra observer de ne jamais faire fonctionner une lampe à iincrminnsniiiT 
cames iorsqu'clle sera dégarnie d'huile , attendu que ïe piston , pTriZeY<ïlïrl^ 
n'étant plus soutenu à la descente par la résistance du liquide , pren- ='''""'''■ 

drait , sous l'action du poids moteur, une vitesse qui pourrait amener 
la rupture des cames ou de ia corde do ce poids. 

57. Lorsqu'une lampe à cames sera retirée de l'appareil lenticu- NctiûiFmeni d'une 
iaire, on devra, avant de fa renfermer dans son armoire , la nettoyer ^i^P*^ ".''""=' apret 

* ' ' J qmnïc jouira de sqy- 

avec soin. On observera particuitèrement de démonter ie disque du '"^''■ 
piston pour ôter toute i'huile qui pourrait être restée dans sa boîte, 
après quoi l'on essuiera les rondelles en cuir, et on leur rendi-a leur 
souplesse en les froissant entre les mains. 

On devra également purger d'huile la boite des clapets. 

58. Lorsque , par l'effet de l'usure des extrémités des cames , elles Règicmcni ■:« vi? 
occasionneront des secousses trop fortes en échappant les palettes, ''o^vcuu'r^'"' 7' 
on réglera les vis de ces dernières pièces de manière à ce qu'à l'instant *="""''■ 



. ( 26 ) 
OÙ une came cesse d'être engagée ^ une autre came commence à 
' fonctionner. 

On remarquera d'aiHeius que, si l'on faisait trop saillir les vis 
des palettes, le mouvement se trouverait entravé et pourrait même 
être arrêté. 

Pour procéder à cette opération, il faut préalablement vider 
le réservoir de la lampe, et la débarrasser de son poids-moteur. 
On se sert alorsde la maiiivelle du remontoir pour faire jouer te 
piston. 



CHAPITRE III. 

ENTRETIEN DE ' LA MACHINE DE ROTATION ET DU CHA- 
RIOT DES PHARES A FEU CHANGEANT, AINSI QUE DE 
DIVERSES PIÈCES ACCESSOIRES (l), 

EniiPtienordimiî'P '^9. L'ou préviendra autant que possible i'introd action de la 

ra^'iLi"""^''™^ '^'' poussière dans la cage de la machine de rotation des phares si feu 

changeant, et l'on nettoiera aussi souvent qu'il sera nécessaire les 

rouages et pivots de cette machine, avec un petit plumeau et un 

iinge doux et propre. 

Pour opérer ce nettoiement on démontera la cage qui enveloppe 
le mécanisme. 

60. De temps en temps on mettra un peu d'iiuile d'horloger aux 
pivots du volant, aux articulations de ses ailes mobiles (s'il s'agit d'un 
volaiit-pcfiduk) et aux jiivots du cylindre portant^la corde du poids 
moteur. On huiiem aussi , mais plus rarement les pivots des 
autres pièces. On observera d'ailleurs , avant d'ap])iiquer l'huile nou- 
velle , d'eidever avec soin la vieille huile épaissie. 

(1) Il n'y il d^ns co chapitre que le dcrnitr paragraphe qui concerne le seiTice lîts ganliciis 
(les piiarci à feu fixe. 



( 27 ) 

61. Pour prévenir l'oxydation des pièces en fer ou acier poli; on 
les frottera, aussi souvent qu'il sera uécessaire , avec un morceau 
d'étoffe enduite de suif ou autre graisse non salée, 

, On devra d'ailleurs observer de n'étendre cette graisse sur aucune 
des pièces en cuivre, bronze ou laiton. 

62. Chaque année, au mois de juillet, lamachiue de rotation sei'it Demonugc euici- 

,, , , y. , j. ' . f 1 toiementconiplel de 

démontée par les gardiens pour être nettoyée a lond. la mnehine de roia- 



uon. 



Ils procéderont à ce nettoiement ainsi c]u'il a été dit pour les mou- 
vements des lampes mécaniques. 

63. Après avoir remonté toutes les pièces de la machine de rota- Vtiiiicaiion liu 
tion, on la fera marcher pour s'assurer qu'elle fonctionne librement "'<""^""^"'- 

à l'aide du poids ordinaire, et que chaque révolution de i'appareil 
s'effectue dans l'intervalle de temps prescrit. 

Dans le cas où ie mouvement serait ou trop icut ou trop rapide, 
on pourrait le modifier convenablement en abaissant ou en redres- 
sant ies ailes du volant. 

Si le régulateur est un volant-pendule , on pourra au besoin a^ccé- 
ïérer ïe mouvement en relevant les balles mobiles, ou le ralentir 
en les abaissant sur leurs tiges. 

On reconnaîtra d'ailleurs à l'écartement plus ou moins grand de 
ces baiïes les variations de îa résistance qu'opposera l'armature 
mobile à faction de îa machine. 

64. Le volant de rechange sera renfermé dans une boite placée uoiiscrvEiiion du 
à l'abri de l'humidité. On ie visitera de temps en temps , et l'on aura ™''"" ''' '"«'"'"S''- 
soin de graisserses pièces en acier poli, ea observant à chaque fois 

de les essuyer préalablement. 

65. Les grands et petits galets du chariot, les galets du nian- Neiw^cment du 

. ■ ■ I I - i-i dmriot tircalnire el 

chon tournant, ainsi que les chemins quns parcourent, seront jour- dnmiLiiciioii de inr- 
neHemcnt essuyés. Les pivots des galets seront nettoyés et huilés '"'"'"''^ ""* ' '"' ^''■■■ 
aussi souvent qu'il sera nécessaire. 



( 28 ) 
Dcmonugc da 66. Lorsqu'il s'agira de démonter le chariot circulaire de i'arraa- 

«liuriflt circulaire. , i -i i , t i 

tiire mobile pour le nettoyer, on commencera par soulever de 
quelques millimètres cette armature, à l'aide de trois petits vcrrins 
en fer spécialement destinés à cet usage , et que l'on remplacera 
successivement par des tasseaux de bois régulièrement équarris. Cela 
fait l'on enlèvera les galets extérieurs , puis l'on ôtera les goupilles 
des tenons du cercle en fer du chariot, et l'on désasserablera ensuite 
ses deux parties, en prenant garde de fausser les pivots. 

Cette opération , ainsi que ie remontage du chariot , exigera le 
concours de deux gardiens. 

Eiiiiviicndesici- 67. Les trois verrins destinés à soulever au besoin l'armature mobile 

i-ina servant à. aou- , a - . c . i 

Ievci' rarmiituLE mo- devrout otrc entretenus constamment graisses et reniermes dans une 

;:ï,s Itunsf.:; ^'-'"Oh-c exempte d'humidité. 

pnferou acier poï!. £^g mèmcs précautïons seront prises pour la conservation de tous 

les outils et ustensiles en fer ou acier poh, qui ne seront pas d'un 

Msage journalier. 



CHAPITRE IV. 

ENTRETIEN DES LENTILLES ET DES MIROIRS. 



Nttioiemeni jour- 68. L'on époussètcra chaquo four les lentilles ainsi que les miroirs 

nalier des lenlilies tu -i i - r ■ !■ i 

et des miroirs. delapparejl, ct OU Ics cssuicra au besom avec un imge doux et 
propre. 

Il est à remarquer que, si l'on essuyait ces pièces avant de les 
épousscter, on s'exposerait à rayer leur surface. 

Eiiiéïcment cics 69. Si quelquc partie de la surface des lentilles ou des miroirs se 

taclics d'Iinile sur les i - m m i i t ■ !■ 

lentilles et les mi- trouvc tacliec ohuilc, OU dcvra ia nettoyer de suite avec un linge 



roii'j 



imbibé d'esprit de vin. 



( 29 ) 

70. Tous les deux mois on lavera à l'esprit de vin la surface en- Lnvngc à iVspiit 
tière des verres lenticulaires et des miroirs, après quoi l'on essuiera et de? miroir^."" 
chacune de ces pièces , comme il vient detre dit. 

71. Ces mêmes pièces seront passées au rouge ù polir, une fois Sntitiieii du [mii 

, I ■ - des lenliiies et ilc-s 

tous les sïx mois. ^;„j,, 

Cette ope'ration s'exécutera comme il suit : 

On écrasera et l'on délayera dans l'eau une petite quantité de Emploi du rang.' à 
cette substance, une demi-once par exemple, dont on formera une '^/Jenl' '^'"'*'" "' 
bouillie claire. Cette bouillie sera ensuite étendue dans un litre d'eau , 
et, après l'avoir bien brassée avec une petite baguette, on la laissera 
déposer quelques instants. On décantera ensuite la liqueur, en la 
versant doucement dans un autre vase pour la débarrasser des petits 
graviers qu'elle pourrait contenir, et qui resteront au fond du pre- 
mier vase. Cela fait, on la laissera reposer une dcmi-Iieure environ, 
puis on fera écouler l'eau jusqu'à ce que le rouge commence à pa- 
raître au bord du vase. 

Ce rouge liquide sera étendu en couche légère , à l'aide d'un 
pinceau ou d'un linge doux , sur toute la surface des verres à net- 
toyer. 

Lorsque cette peinture sera sèche , on la frottera avec une peau de 
chamois jusqu'à ce que le rouge soit entièrement enlevé. 

72. Le rouge à polir devra être soigneusement enveloppé et ren- Consei-vatiou da 
fermé pour qu'il ne s'y attache aucune poussière. S'il n'était pas doux 

au toucher, on devrait s'abstenir de l'employer, attendu qu'au lieu 
d'entretenir le poli du verre il pourrait l'altérer. 

73. Les réflecteurs métalliques, employés comme pièces addition- Euirciicn des rc- 
neïles dans quelques phares lenticulaires, seront frottés tous les ""^ ^ "'"^'' 
jours, d'abord avec un linge doux puis avec une peau de chamois 
uniquement destinée à cet usage. 

74. Tous les mois ces réflecteurs seront passés au rouge à polir, 



i; 



( 30 ) 
en observant ies piécaulions ci-dcssiis indiquées pour le lavage et 
i'empioi de cette substance. Ces précautions seront en ce cas d'autant 
plus essentielles que ie poli de l'argent est bien pbis fiicilement at- 
taquable que celui du verre. 

CHAPITRE V. 

ENTRETIEN DES GLACES ET DU MASTICAGE DE LA LANTERNE. 

Nriioicmcni jour- 75. Les glaces de la lanterne devront être constamment entrete- 

naficc des nlticcs de , /. , i c ■ , j. ■ 

kiaiitorne. TMQS dans uu état de pariaite propreté. 

A cet effet elles seront essuyées intérieurement tous les jours 
avec un linge exempt de taches d'huile, et seront essuyées de même 
à l'extcvieur s'il est nécessaire. 

Les taches qui resteraient sur les glaces, après ce nettoiement, 
seront enlevées au moyen d'un peu d'eau et au besoin avec de l'es- 
prit de vin. 

Eiitixiicn du poli 76. Indépendamment de ces nettoiements journaliers, les glaces 
teme/"^ ^ " '" dc la ïaufcme seront passées tous les six mois au rouge à polir, tant 
intérieurement qu'extérieurement , en observant d'ailleurs les précau- 
tions ci-dessus indiquées pour le nettoiement des lentilles, 

Enifeiioii du mas- 77. Le masticage des encadrements des glaces et de tous les joints 

licagc, III iiiiiT- ■/ I 

de la lanterne, par lesquels i eau des pluies pourrait pénétrer, devra 
être entretenu avec le plus grand soin. 

Le mastic à employer sera formé de deux parties de blanc d'Es- 
pagne, et d'une partie de bianc de céruse, le tout pulvérisé et ré- 
duit en pâte un peu terme bien corroyée avec de l'huile de lin cuite. 



lûiioHYcilemeni 78. Commc Ics gardiens des phares peuvent se trouver dans le 
cas d'avoir à remplacer eux-mêmes les glaces ca 
tiie d'entrer ici dans quelques détails à ce sujet. 



^" ' '^''''"'"''" eas d'avoir à remplacer eux-mêmes les glaces cassées, il n'est pas inu- 



( 31 ) 

Les glaces se taillent au moyen d'un diamant qui ne diffère de ce- Taille des gWes. 
lui des vitriers que [lar un peu plus de force. 

Pour détacher le morceau après avoir passé le diamant, on frappe 
à petits coups le revers de fa gïace , avec le bout du manche de l'outil , 
en suivant la trace de l'entailfe , et en commençant par une extrémité. 
Oiî développe ainsi la fente , et un léger effort de bascule suffit ordi- 
nairement pour détacher la bande à enlever. 

Si la section présente quelques inégalités, on les fait disparaître an 
moyen de la pince à gruger le verre , sorte de pince à longue mâ- 
choire arrondie. 

La ^ace ainsi taillée suivant les dimensions requises doit être Rodagedesgiaccs. 
rodée en coupe obhque sur ses deux côtés , et rodée d'équerre sur ses 
joints horizontaux, 

Ce travail s'exécute en frottant le bord de la glace sur une plaque de 
fonte couverte de sable siliceux que fou arrose d'eau et que l'on re- 
nouvelle de temps en temps. 

Il est très-essentiel , en mettant les gïaces en place, de ménager sur Fuse des gréées. 
leur pourtour environ 2 raillimèti'es de jeu. Si elles portaient contre 
leurs encadrements, elles seraient très- exposées à éclater dans les 
tempêtes par l'effet des oscillations de k lanterne, et si d'ailleurs on 
laissait moins de 2 millimètres d'intervalle entre les glaces superpo- 
sées, le mastic ne garnirait qu'imparfaitement des joints aussi minces. 

On emploie, pour la pose des vitrages en glaces, de petites cales en 
plomb. 

Lorsqu'il s'agit d'une réparation à faire dans un encadrement dont le 
vitrage se divise en plusieurs pièces superposées, il faut, pour rem- 
placer nne glace inférieure ou intermédiaire, enlever toutes les glaces 
supérieures appartenant à ce même encadrement. 

Pour garnir le joint de deux glaces , on recouvre d'une couche de 
mastic de 5 à 6 millimètres d'épaisseur le bord inférieur, on y place 
deux petites cales en plomb pliées en chevalets, puis on pose la giace 



à 



( 32 ) 
Supérieure qui , par son poids , fait refluer le mastic excédant l'épais- 
seur des caies. Elles sont ensuite enlevées, ou recoupées à fleur du 
panneau. 

Le masticage du contour des encadrements doit affleurer le bord 
des tringles. ■ . 

En replaçant les tringles extérieures , on devra observer de mettre un 
peu de mastic sous la tête de chacune des vis qui servent à les main- 
tenir. 



Proposé à l'approbation de M. le Directeur général des ponts 
et chaussées , par l'Ingénieur en chef, Secrétaire^file la Commission 
des Phares. , "* 

Paris , ie 6 novembre 18 35. 

Signé L. FRESNEL. 



Vu ET APPROUVÉ : 

Le Conseiller d'Etat, 
Directeur général des ponts et chaussées et des mines. 

Paris, le 13 novembre l83â. 

Signé LEGRAND. 



© École Nationale des Ponts et Chaussées